www.lamarotte.fr

Animations médiévales pédagogiques, Animations scolaires sur les instruments de musique au moyen-âge.

Filed under: Uncategorized — lamarotte @ 8:17 pm

Bienvenue sur la page du Ménestrel des Hauts de France.

pour accéder directement sur son site cliquez sur Le flyer ou le lien ci- dessous.

  

le-menestrel-site3.jpg

https://lemenestreldeshautsdefrance.fr

 

musiquedumoyenage.jpginstrumentsdumoyenage.jpg

 

 

 

 

 

Le Ménestrel des hauts de France vous propose de faire un voyage dans le temps afin de découvrir de manière ludique et pédagogique la musique médiévale.  Notre volonté est de mettre à l’honneur la musique ancienne en passant par le  Moyen Age, réputé pour sa diversité et sa richesse instrumentale.En effet nombre d’instruments ont pris naissance à cette époque dans différentes régions et pays. Notre volonté est de faire découvrir de manière ludique aux jeunes et “moins jeunes” une musique simple d’ accès et d’éveiller en eux le musicien qui sommeille dans un esprit convivial et fédérateur, la pédagogie n’étant-elle pas de transmettre avec passion un savoir une découverte? Éducateurs spécialisés de formation et enseignants passionnés, nous vous proposons des démonstrations et explications  historiques des divers instruments du Moyen Age et de la Renaissance (vielle à roue, vielle à archet, cornemuses, flûtes, et sonnailles etc…) Nous proposons une invitation et une initiation aux danses et tout autre projet répondant à vos attentes.

Pour découvrir nos animations,  contactez nous: lemenestrel@yahoo.com

tél: 0670740833

 

 

 

LA MUSIQUE AU MOYEN-AGE.

 Les instruments de Musique au Moyen Age sont nombreux, étant donnée l’étendue de cette période de l’histoire qui s’étend du Ve au XVe siècle. Malheureusement peu d’exemplaires nous sont parvenus intactes. Aussi nous pouvons les retrouver dans l’iconographie médiévale au travers de peintures et gravures, de dessins sur parchemins de l’époque mais également sur le fronton des édifices religieux, sous la forme de bas- reliefs ou de statuaires. 

chantsgregoriens.jpg

 Manuscrit Fr 152, f° 187v, Chantres au lutrin

          La musique dite médiévale apparaît tout d’abord au sein de l’église .Ce sont  des chants issus de la tradition orale qui trouvent leurs sources soit dans la culture populaire soit dans la liturgie, sources qui peuvent avoir pour origine des périodes situées bien avant le Vème. L’instruments le plus  utilisé est alors la voix, qui peut être accompagnée par quelques instruments “primitifs” comme la flûte ou toutes formes de percussions et sonnailles (cloches, grelots,triangle etc…). Les chants sont en latin et sont interprétés sous formes  d’ Hymnes,Cantiques et psaumes issus des textes Bibliques. Ce sont généralement des chants que l’on appelle monodiques (à une seule voix). Ils sont interprétés par des moines lors d’offices religieux, prières et fêtes commémoratives. Parmi ces pratiques du Moyen-Age on retrouve les chants grégoriens: ce sont des chants codés ayant leurs propres règles.  Ils sont institués par l’église et notamment par Le Pape Grégoire le grand au VIIème siècle. On parle de plain-chant en ce sens que cette musique sacrée est monodique a cappella, c’est à dire sans accompagnement instrumental, et modale, c’est à dire sans rupture rythmique  et harmonique. Pour le moment la musique n’est pas à proprement dite écrite. Jusqu’au XIème siècle cette discipline va chercher à se perfectionner notamment en recherchant divers systèmes de notation la rendant ainsi plus “savante”.  A partir du XIIème jusqu’au XIVème siècle la musique médiévale va connaître une grande évolution par l’enrichissement harmonique des chants en y associant d’autres voix. C’est l’apparition de la polyphonie, période appelée Ars Antiqua : les voix peuvent chanter soit à l’unisson, soit à l’octave, à la quarte ou à la quinte. De même grâce à la notation  va se concrétiser avec l’écriture des différentes voix la durée des notes, et la rythmique.Comme nous l’avons vu, cette révolution va s’opérer surtout au niveau de la musique sacrée, mais la musique dite profane (en dehors de toute inspiration religieuse) va profiter et participer à la création de cette avancée et  développer petit à petit son propre répertoire.Les principaux acteurs de ce mouvement artistique sont  les Troubadours du Sud de la France qui s’expriment en langue d’Oc et Les Trouvères du Nord  de La France s’exprimant en langue d’Oïl. Ceux -ci sont des poètes qui mettent leurs textes en musique et dont les inspirations privilégiées sont l’amour courtois, les chansons de geste relatant l’esprit chevaleresque, les faits de guerre et épopée réels ou imaginaires de tel ou tel personnage. Ce sont des artistes compositeurs issus généralement de haut rang, appréciés par les cours seigneuriales . Leurs œuvres sont parfois colportées de villages en châteaux par des interprètes de statut moindre appelés Jongleurs (du latin joculator qui signifie amuseur ou ménestrel du latin ministralis signifiant serviteur. Ces personnages exerçaient diverses disciplines dont la musique pour distraire l’assemblée. D’autres personnages  importants sont apparus à cette époque : les Goliards. Ce sont des Clercs généralement issus d’universités que l’on qualifierait de “bons vivants” : moines itinérants et auteurs de chansons grivoises faisant l’éloge du vin et de l’amour,  ainsi que de poèmes profanes qu’ils pouvaient présenter de façon théâtrale pour contester de manière satirique l’église, la noblesse et la royauté. Les célèbres Carmina Burana témoignent de la richesse créative de ces compositeurs ecclésiastiques.

 Lien: Chants Grégoriens:

 

Ainsi à partir du XIVème siècle les compositeurs vont prendre de plus en plus de libertés au niveau de leurs œuvres. Ils vont s’échapper de plus en plus des recommandations de l’église pour apporter à  la musique de nouvelles sources d’inspiration et d’autres modes de fonctionnement. La polyphonie va s’enrichir de nouvelles harmoniques comme des successions  d’accords; de nouvelles formes rythmiques mêlant ternaire et binaire vont apparaître,  mais surtout la notation va devenir de plus en plus précise et savante au XVème pour devenir très proche de celle que l’on connait aujourd’hui.

 

 LES INSTRUMENTS DU MOYEN- AGE:

 Les instruments à vent.

 Les Flûtes:

Les sifflets: prémices  des flûtes, les sifflets  sont en bois, en os, en terre, en céramique, et sont surtout utilisés comme jouets ou comme appeaux.

La flûte existe depuis la préhistoire. Au Moyen Age elle est répandue dans toute l’Europe. Appelée flûte à  sifflet,  ses formes sont variées. Elle fonctionne avec un bec(sifflet) dans lequel on souffle pour faire vibrer une colonne d’air contenue dans un tube de longueur et de matériaux divers. Les notes sont produites en ouvrant ou en bouchant des trous qui réduisent ou augmentent la colonne d’air. Le plus souvent la flûte médiévale est en bois de qualité mais aussi de facture moins noble, comme le roseau ou le sureau selon les régions. Ces matériaux seront surtout utilisés  pour fabriquer des instruments populaires destinés à faire chanter et danser les gens. L’iconographie médiévale nous dévoile de nombreuses formes et manières de jouer de la flûte : la flûte à trois trous, appelée parfois flageolet qui permet de jouer d’une main la mélodie et de s’accompagner de l’autre main avec un tambourin donnant le rythme, la flûte double, triple, etc qui va s’apparenter à l’orgue et va permettre  d’obtenir des harmonies grâce notamment à la présence d’un bourdon, la flûte harmonique sans trou qui fonctionne par modulation du souffle  en bouchant ou débouchant l’extrémité, la flûte traversaine, ancêtre de la traversière, le frestel médiéval composé de tubes assemblés ou creusés directement dans la masse et qui s’apparente à la flûte de pan, utilisée notamment par les bergers. On rencontre également des flûtes en os et même en corne ou le gemshord proche de l’ocarina le tout avec des sonorités différentes.

cantigafluteatroistrous.jpgfluteenos.jpgcantigaflute1.jpgdoubleflute.jpgtriple-flutecantigas-santamaria.jpgcantigas-de-santa-maria-cor-atrou.jpgfrestelcathedraledechartres.jpg

Instruments à embouchure:

Le cor, la corne d’appel, aussi appelé olifant est composé soit d’une embouchure comme la trompette soit d’une anche. C’est un instrument utilisé pour la chasse, donner l’alerte ou demander du secours lors de bataille comme l’illustre  la chanson de Roland “de Roncevaux”. A partir de la Renaissance le cornet à bouquin sera muni de trous pour jouer les notes.

olifantalbi-eglise-st-salvyolifant.jpg  corderoland.jpg

La trompette médiévale ou Busine ou buisine, apparue au XIIIème siècle, est un instrument en métal surtout utilisé par les hérauts lors des tournois ou les soldats pour prévenir d’un danger  ou pour tout autre signal. Au Maroc appelé Nafir, cet instrument est encore utilisé. A partir du XIVème cette trompette va évoluer et se munir d’un système de coulisse comme le trombone. Au XVème on l’appelle Sacqueboute et sera très utilisé à la Renaissance.

busine.jpg instrumentsdumoyenage.jpg

 Cantigas de Santa Maria                    hans memling retable de najera anges musiciens Flandre XVème. 

 

SUITE

 

 

 

 

Powered by WordPress