www.lamarotte.fr

Mariage médiéval.

Filed under: Uncategorized — lamarotte @ 1:54 pm

mariagemedieval2.jpg


Oyé! Oyé!Nobles Seigneurs, Vilains, Damoiseaux gentes Dames,Gueux et jeunes Pucelles. Car le 25ème jour du mois d’Avril nous aurons l’honneur de célébrer le mariage de Dame cliquette, et de Sieur Griotte.La célébration sera animée par la Conpagnie Joyeuse. Au programme des festivités il y aura Moults réjouissances et festioements entourés de victuailles et de bonnes chères. Noël! Noël! pour leurs épousailles!

mariagemedieval.jpg

Le Mariage Médiéval

 

Le Mariage du haut Moyen âge est moins un acte juridique qu’une réalité sociale née de la volonté des individus.Encore très peu christianisé, il se déroule par étapes.Les familles s’entendent sur l’échange (constitution de la dot) avant le premier engagement, les fiançailles, acte au cours duquel le futur époux remet à sa femme des objets symboliques, dont un anneau. Puis, au cours d’une cérémonie durant laquelle le père remet sa fille au mari (la disponsatio), celle-ci passe de l’autorité (mund) de son père à celle de son mari en échange d’une somme d’argent. La jeune femme est ensuite amenée dans la maison du mari, lequel s’engage à lui donner une dot, appelée plus tard douaire. Enfin se déroule les noces et le lendemain, le mari offre à sa femme “le prix de la virginité” ou don du matin (morgengabe): terre, vêtements , animaux, etc..

 

A partir de la fin du XI siècle, une nouvelle forme d’alliance apparaît: le mariage dit grégorien, qui s’impose progressivement dans tout l’Occident, il repose sur quatre principes fondamentaux. C’est d’abord un mariage unique et monogamique: concubinage et divorce sont interdits. C’est aussi un mariage indissoluble, s’appuyant sur l’évangile selon saint Mathieu (XIX,3-9): ” Que l’homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni!”.C’est ensuite un mariage qui repose sur le consentement mutuel des époux, moyen pour l’église, à la fois de valoriser l’aspect spirituel du rite au détriment de l’aspect sexuel (la consommation) et de s’opposer aux stratégies matrmoniales des familles pour lesquelles, en général, le mariage est une affaire de raison et un moyen de renforcer les alliances. Enfin, c’est un mariage exogamique, c’est à dire interdisant d’épouser un parent en deça du septiéme degré (puis du quatriéme degré, aprés le concile de Latran IV en 1215).

 

Le mariage grégorien devient une norme en Occident et, comme toutes les normes, il est souvent transgressé ou dénaturé: le batârd, issu d’une relation adultérine, est parfois légitimé par le père; les dispenses des grands pour se séparer de leur femme sont attestées et les répudiations d’épouses sont nombreuses; les conjoints, surtout dans les famillse aisées (aristocratiques et bourgeoise) où la transmissions du patrimoine est le jeu des alliances, se voient imposer leur mariage pour sevir les intérêt du lignage; Enfin, pour une majorité d’hommes et de femmes qui vit dans un “pays de connaissance” (d’un rayon de trente kilométres environ), la limitation religieuse des alliances en fonction des degrés de parenté semble bien difficile à respecter, même si les prêtres ont alors pour mission l’enseignement du calcul de la parenté.

 

Texte tiré de Encarta:

 

 


Le Charivari

Dans les charivaris, les jeunes dénoncent ou se moquent de ceux qui ne sont pas encore mariés, des adultères, des remariages, des cocus ou de ceux qui ont joué leurs femmes aux dés. Parfois, ceux-ci sont menés à travers le village ou la ville à dos d’âne. Il n’est pas rare non plus que la fête devienne agressive et qu’on y règle des comptes.C’est un rituel collectif occidental, très similaire au carnaval. Il s’en distingue toutefois en ce qu’il n’est pas lié au calendrier. Il s’agit d’un cortège dans lequel de nombreux musiciens et passants font du bruit avec toutes sortes d’objets, généralement détournés de leur usage traditionnel (ustensiles de cuisine). Cette “contre-musique” fait pendant aux musiques religieuses, à l’harmonie. C’est une parodie. Le terme désigne aussi bien le défilé en lui-même qu’un bruit discordant généré par de nombreuses personnes, du tapage ou encore du bruit accompagné de désordre. Dans ce dernier cas on parle aussi de chahut. Le rituel est attesté dès le XIVeme siècle . Il se tient à l’occasion d’un mariage jugé mal assorti (c’est notamment le cas des charivaris organisés lors du mariage d’un homme âgé avec une jeune femme) ou d’un remariage. Exemple de charivari, Le Roman de Fauvel de Gervais du Bus et Raoul Chaillou de Pesstain met en scène l’âne Fauvel, personnification de tous les vices dont les initiales forment le nom : Flatterie, Avarice, Vilenie (infamie), Variété (inconstance), Envie, Lâcheté.

 

eveque-des-fous-xvg.jpgeveque-des-fous-2xv2.jpg

Powered by WordPress